Le Théâtre équestre Zingaro

Le Théâtre équestre Zingaro est installé au Fort d’Aubervilliers depuis 1989. C’est à la demande de Bartabas avec le soutien de M. Jack Lang, alors Ministre de la Culture et de M. Jack Ralite, Maire d’Aubervilliers que ce projet a pu être réalisé.

Bartabas voulait un lieu qui corresponde à l’identité du genre de spectacles qu’il a inventé : le Théâtre équestre ; disposer du minimum d’installation pour continuer à travailler au développement de son art avec ses chevaux et artistes.

Le théâtre Zingaro aujourd’hui connu dans le monde entier accueille plus de 60.000 spectateurs par an pour les spectacles conçus par Bartabas. C’est le lieu de création et de représentation des spectacles de Zingaro mais aussi un lieu de vie pour les artistes de la troupe ainsi que la base administrative et logistique de la compagnie.

Une philosophie

“Bartabas chargea les architectes Patrick Bouchain et Jean Harari d’y édifier, pour trois millions de francs (“la moitié d’un décor de Chéreau” , dit-il en riant), ce qui allait devenir aussitôt un lieu mythique : une manière de basilique en bois de pin qui emprunterait à l’architecture russe, aux vieilles granges à foin savoyardes, aux relais de poste d’Europe centrale, aux halles à bestiaux du pays de Caux, au théâtre en bois de Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault monté à la hâte dans la gare d’Orsay et aux manèges du XIXe siècle.

Après avoir été guidé par deux haies de flambeaux, l’on y accéderait par un grand escalier. Il mènerait, passé le narthex, à deux mezzanines qui, à la hauteur des lustres, surplomberaient les écuries et conduiraient à pas lents, précautionneux, jusqu’aux gradins du cirque, situé sous le dôme central. Ainsi le public en marche processionnelle sur les déambulatoires pourrait-il admirer, d’en haut et en pleine lumière, les chevaux qui s’ébrouent avant le spectacle et respirer l’odeur animale des box avant d’être saisi par le parfum d’encens et de terre sèche qui flotterait dans l’obscurité du théâtre circulaire au centre duquel s’étendrait, magique, une piste de seize mètres de diamètre.
Ce que Patrick Bouchain et Jean Harari construisaient était donc un palais équestre à vocation dramatique et chorégraphique. Ici, les chevaux précéderaient les hommes. Et les hommes écouteraient les chevaux. Ce ne serait pas une commodité, ce serait une philosophie.”

Jérôme Garcin – extrait de Bartabas, un roman

Un lieu de vie

À la manière des paysans qui vivaient par nécessité au-dessus des étables, c’est ainsi que s’est ordonné peu à peu autour de notre chapiteau en bois et de ses écuries le paysage quotidien de Zingaro.

Sans le secours d’un architecte urba­niste, chacun a agencé son lopin, sa caravane, à sa convenance, librement, mais par l’amour commun que nous portons aux chevaux, par l’exigence de rigueur que nous partageons dans le travail, nous nous retrouvons, de façon non dite, à partager un même sens de l’harmonie.

Bartabas, extrait du Manifeste pour la vie d’artiste

Le restaurant

Construit en 1997 par Les Charpentiers de Paris et entièrement décoré des costumes et accessoires de nos précédents spectacles, le restaurant est un espace polygonal tout en bois, très chaleureux, pouvant accueillir jusqu’à 500 personnes.

Tous les soirs de spectacle avant et après la représentation, une restauration légère et maison est proposée.

Réservations sur place ou par mail : jray.laville@gmail.com

Pour les groupes, merci de réserver au préalable.

Pas de restauration après spectacles les 24 et 31 décembre 2017.