Les films de Bartabas

Pour le cinéma, Bartabas a réalisé deux longs métrages : Mazeppa (1993, primé à Cannes) et Chamane (1995) produits par Marin Karmitz.
Son dernier opus, Galop Arrière, s’apparente à un véritable « traveling de mémoire » et à un questionnement sur l’ensemble de son parcours et de son œuvre.

Bartabas réalise aussi toutes les captations des spectacles du Théâtre équestre Zingaro.

Galop Arrière

Longtemps tenu pour une utopie équestre, le « galop arrière » exige du cheval et de son cavalier une complicité et une maîtrise inouïes, ainsi que l’exceptionnelle capacité de reculer sans cesser de faire face. Il était donc naturel que Bartabas, pour évoquer l’ensemble de son parcours et celui du Théâtre Zingaro, choisisse cet intitulé altier et de singulière perspective : une manière de remonter le temps sans revenir sur ses pas. Car s’il s’agit bien d’explorer et de ressusciter ici vingt-cinq ans d’aventures artistiques, le projet ne s’apparente en rien à une remémoration plus ou moins nostalgique.

C’est un film original et accompli qui nous est offert. La fougue furieuse des Cabarets, les défis d’Opéra, la magie de Chimère, la pure beauté d’Éclipse, la célébration douloureuse de Triptyk, la méditation active de Loungta, le déboulé iconoclaste de Battuta, tout est là, et pourtant un surcroît d’histoire secrète, intime, entr’aperçue s’écrit, qui use des mots des poètes pour dire le sens d’une vie hors norme, risquée, irréductible, inspirée.

Une vie définitivement en forme de destin cavalier.

Chamane

Évadés du goulag sur des chevaux yakoutes, Dimitri, autrefois violoniste à Moscou, et un vieux Chamane s’enfuient dans la taïga. Avant de mourir, le Chamane révèle à son compagnon que les esprits l’entourent, et qu’ils l’accompagneront dans ses aventures et ses rencontres vers  ces immensités où aucun homme ne peut survivre seul.

Dimitri s’évade ainsi pour toujours sur son petit cheval yakoute et ne rentrera plus dans le rang des hommes silencieux qui marchent en file dans les rues d’Irkoutsk.

Bartabas, créateur du théâtre équestre Zingaro, magicien hypnotiseur de chevaux, signe avec Chamane son deuxième long métrage, après Mazeppa

Mazeppa

Sélection officielle Cannes 1993 (en compétition)

Grand prix de la Commission Supérieure Technique Festival de Cannes 1993

Mazeppa est l’histoire d’une passion. La passion exclusive qui attache deux hommes aux chevaux. L’un s’épuise à vouloir les peindre en mouvement, c’est Théodore Géricault, artiste fameux du XIXe siècle. L’autre s’enorgueillit de les dominer complètement, c’est Franconi, l’écuyer qui dirige une troupe ambulante de cavaliers et qu’on appelle “le maître”. Ce qui réunit ces deux hommes, c’est la volonté du maître d’enseigner à Géricault ce qu’est vraiment un cheval, c’est l’appétit que Géricault a d’apprendre. Un film beau comme un feu d’artifice qui célèbre l’union sacré de l’homme et du cheval.

Bartabas, créateur du théâtre équestre Zingaro, magicien hypnotiseur de chevaux, réalise son premier film et interprète le maître Franconi. Miguel Bosé, chanteur populaire, comédien, danseur, incarne Géricault aux côtés de la troupe du théâtre Zingaro.